L’équipe “Biogenèse du cytosquelette chez le trypanosome” est localisée au sein du laboratoire Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité (MFP) à l’Université de Bordeaux.

Trypanosoma brucei est un parasite unicellulaire flagellé responsable de la maladie du sommeil en Afrique sub-saharienne. Cette maladie est létale si non traitée et les thérapies actuelles sont lourdes à mettre en œuvre et toxiques. Il est donc nécessaire d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. T. brucei possède une poche flagellaire (PF), qui est l’unique lieu d’endocytose et d’exocytose. La PF est traversée par le flagelle et maintenue autour du flagelle par un collier (le CPF). Nous avons montré que la PF est essentielle à la survie du parasite et identifié la première protéine essentielle pour la biogenèse du CPF et de la PF: BILBO1. BILBO1 représente donc une cible thérapeutique de choix. Nous avons identifié protéines partenaires de BILBO1. Elles sont uniques au parasite et leur fonction n’est pas connue. Des données récentes indiquent cependant un rôle dans l’interaction avec BILBO1 et avec le cytosquelette. La caractérisation fonctionnelle de ces protéines est réalisée avec des approches de génétique inverse (ARN interférence), d’analyse des phénotypes lors de la surexpression ou de leur délétion, d’identification des domaines fonctionnels (mutagenèse, double hybride, système hétérologue) et par de l’imagerie de fluorescence, notamment par super-résolution STED. En collaboration avec des structuralistes, les domaines d’interaction entre BILBO1 et les partenaires sont étudiés pour identifier des molécules capables de bloquer cette interaction.

T. brucei est aussi un excellent système modèle pour étudier des protéines impliquées dans la biogenèse, la structure et la fonction des cils et des flagelles.